Category dysfonctions du pénis

Érection involontaire : découvrez tout ce qu’il faut savoir !

Si d’habitude, l’érection survient à la suite d’un désir ou d’une stimulation sexuelle, il peut vous arriver d’avoir une érection involontaire et inopinée. C’est-à-dire, l’érection se passe de façon incontrôlable. Si certaines manifestations de l’érection involontaire sont bénignes, d’autres peuvent cacher des problèmes plus graves. Sans plus attendre, découvrons ensemble tout ce que vous devez savoir sur l’érection involontaire !

érection involontaire douloureuse

Les différents types d’érection non souhaitée

D’abord, il semble important de définir le mécanisme de base de l’érection. En effet, lorsque vous êtes stimulé par une excitation sexuelle, votre cerveau transmet un signal aux nerfs responsables de l’érection dans la verge. Ces nerfs sont reliés aux corps caverneux de votre pénis. Ce qui va provoquer un afflux sanguin provoquant le gonflage de la verge et donc l’érection.

Or, dans certaines situations et/ou à un certain moment donné, il arrive souvent que vous ayez de l’érection sans désir sexuel. En voici quelques exemples :

L’érection nocturne

Ce type d’érection involontaire est tout à fait naturel. L’érection se passe pendant le sommeil paradoxal. Il s’agit ici d’une réaction de votre corps pour bien oxygéner les corps caverneux de votre appareil génital afin de les maintenir élastiques. L’érection nocturne peut survenir ou non à la suite d’un rêve érotique, mais dans tous les cas, elle est sans danger pour votre sexualité et pour votre santé en général.

L’érection matinale

Là aussi, on peut parler d’une érection inopinée, car les réflexes érectiles ont lieu sans qu’il y ait une stimulation sexuelle. En effet, c’est l’érection nocturne qui a perduré parce que vous étiez réveillé pendant la phase de sommeil paradoxal. Ainsi, l’érection matinale est également naturelle. Il n’y a pas de quoi vous inquiéter.

L’érection liée au contact physique

Certains hommes peuvent également avoir une érection lorsqu’on leur touche une partie du corps par inadvertance. C’est-à-dire : le contact physique a déclenché l’érection, même sans désir sexuel de la part de l’homme concerné. Par ailleurs, c’est souvent le cas lors d’un massage, mais la plupart des hommes n’osent pas en parler par peur ou par honte. Messieurs, si ça vous est déjà arrivé, rassurez-vous : vous êtes en bonne santé.

L’érection anormale ou le priapisme

C’est ce type d’érection involontaire qui doit vous inquiéter. Il s’agit d’une érection prolongée et douloureuse qui exige une urgence urologique. Au pire des cas, cela pourrait vous conduire à une dysfonction érectile définitive.

Quand faut-il s’inquiéter lorsqu’on a de l’érection involontaire ?

Comme énoncé plus haut, c’est l’érection involontaire de plus de 4 heures qui doit vous inquiéter. Scientifiquement, on l’appelle « priapisme ». Dans cet état d’érection, le sang est bloqué dans les corps caverneux de la verge.

En principe, le priapisme n’est pas provoqué par un désir sexuel, ni par une excitation. C’est plutôt une pathologie qui a lieu en dehors d’un rapport sexuel. En outre, il convient de distinguer 3 formes de priapisme :

Le priapisme veineux

Messieurs, il s’agit ici de la forme de priapisme la plus courante et la plus dangereuse. On l’appelle également « priapisme à bas débit » ou encore « priapisme ischémique ». Par ailleurs, la douleur engendrée par cette érection inopinée ne vous permet pas d’avoir une relation sexuelle.

Ce type d’érection involontaire peut survenir à la suite d’une prise de certaines drogues (cannabis), de certains médicaments psychotropes (anti-dépresseurs, hypnotiques, anxiolytiques, neuroleptiques, psychodysleptiques) et de certains médicaments alpha-bloquants.

En outre, le priapisme veineux peut apparaître à la suite d’un traitement du cancer de la prostatede la vessie ou encore du rectum, notamment le traitement par injection intra caverneuse.

Si le priapisme ischémique n’est pas pris en charge à temps (dans les 3 ou 4 heures), il peut causer une nécrose des cellules des cors caverneux de votre pénis faute d’oxygène. Ce qui pourrait engendrer une impuissance masculine irréversible et donc définitive.

Ainsi, le traitement est d’abord médical avec une ponction évacuatrice du sang et une injection d’alphastimulants dans les corps caverneux. Le sang évacué est très épais et de couleur noire. Si ce traitement d’urgence échoue, le traitement doit être chirurgical. Dans ce cas, l’on va créer un shunt cavernospongieux entre le gland et les corps caverneux du pénis.

Le priapisme artériel

Appelé également « priapisme à haut débit », le priapisme artériel ne nécessite pas d’urgence urologique, ni chirurgicale. L’activité sexuelle est conservée parce que ce type de pathologie a la caractéristique d’être peu ou pas douloureuse.

En effet, le priapisme artériel est souvent dû à un traumatisme à la base de la verge ou au niveau du périnée. Vous pouvez l’observer souvent chez les enfants lorsqu’ils apprennent à jouer au vélo et reçoivent un coup de la barre centrale du vélo à la base de la verge. Autre exemple, vous pouvez aussi le constater chez les jeunes adultes lorsqu’ils reçoivent un coup de pied au niveau du périnée lors d’un match de foot-ball par exemple.

Dans tous les cas, une fistule traumatique se forme entre la verge et les corps caverneux. Ce qui va créer une érection incomplète qui est, rappelons-le, peu ou pas douloureuse. Cependant, cette érection involontaire s’installe en quelques jours ou en quelques semaines. Pour le diagnostic, une échographie peut s’avérer utile.

Le priapisme chronique intermittent

Le priapisme chronique intermittent est souvent dû à la drépanocytose. Cette dernière qui est une maladie des globules rouges. Elle peut provoquer une érection involontaire chronique et souvent nocturne. À la longue, cette forme de priapisme peut provoquer le priapisme veineux.

En effet, le priapisme chronique intermittent ne dure qu’environ 2 à 4 heures. Dans la plupart des cas, les maladies hématologiques et certaines maladies neurologiques peuvent causer la récidive. Du coup, il est conseillé de ne pas sous-estimer cette pathologie.

Pour éviter le caractère récidive du priapisme, on utilise généralement le traitement anti-androgénique. L’objectif est de réduire le taux de testostérone plasmatique à moins de 10% de la normale.

Qui peut souffrir du priapisme ?

érection involontaire

Il convient de noter que tous les hommes et toutes les tranches d’âge peuvent être concernés par l’érection involontaire anormale.

Rappelons-le : le priapisme artériel touche généralement les enfants et les jeunes adultes. Tandis que le priapisme veineux concerne souvent les hommes de plus de 60 ans. A cet âge, les risques de cancer de la prostate sont majeurs. En ce qui concerne le priapisme lié à la drépanocytose, il touche souvent les jeunes de 15 à 30 ans.

Par ailleurs, sachez qu’un homme peut connaître plusieurs épisodes de priapisme. Si l’origine de la pathologie est traumatique, vous ne souffrez du priapisme qu’une seule fois. Cependant, la pathologie est récidivante en cas de priapisme chronique ou de priapisme veineux.

Tout cela pour vous dire qu’il est important d’obtenir une consultation médicale pour identifier l’origine de votre érection involontaire, surtout si elle perdure pendant plus de 4 heures. L’objectif du traitement est de mettre fin à l’érection involontaire, de trouver l’origine du priapisme et surtout d’éviter toute éventuelle récidive.

Érection involontaire : Est-ce vraiment grave ? Conclusion

Pour terminer, le fait de ne pas pouvoir maîtriser son érection suite à une stimulation sexuelle est synonyme du bon fonctionnement de votre corps. N’ayez pas honte de vos érections ! Toutefois, si l’érection apparait sans que vous n’ayez ni désir, ni excitation sexuelle, c’est le signe qui doit vous alerter. Si l’érection est persistante (plus de 4 heures), douloureuse ou non, n’hésitez pas à consulter un médecin rien que pour le diagnostic. Une érection involontaire anormale non prise en charge peut causer une dysfonction érectile irréversible.


Comment augmenter le volume de son sperme ? Les réponses de Zen-Sexe !

Comment augmenter le volume de son sperme ? De nombreux hommes s’intéressent beaucoup à cette question. C’est souvent synonyme de virilité, de puissance, de force et de fertilité masculine. Et pourtant, sachez qu’il existe des idées reçues autour de ce sujet. Poursuivez votre lecture ! Vous allez pouvoir démêler le vrai du faux et savoir comment optimiser la qualité et la quantité du sperme.

Les critères d’un sperme de qualité

augmenter le volume de son sperme

Avant de savoir comment augmenter le volume de son sperme, il semble important de savoir sa composition. En effet, il s’agit ici d’un liquide blanchâtre plus ou moins visqueux. Bien évidemment, la texture, l’aspect et le goût du sperme varient d’un homme à un autre.

Il arrive que le vôtre soit plus marron ou plus jaune selon sa concentration en protéine. Vous pourriez également avoir du sperme transparent, mais rassurez-vous, c’est rarement le signe de stérilité. En cas de doute, il est conseillé de consulter votre médecin traitant.

Vous allez être emmené à passer un examen appelé « spermogramme » pendant lequel votre médecin va évaluer le pH de votre sperme (entre 7,2 à 7,8), sa viscosité, la quantité et la vitalité des spermatozoïdes, la quantité des éléments nutritifs et le volume du sperme.

Attardons-nous sur ce dernier critère d’un sperme de qualité ! Trois cas de figure peuvent se présenter :

  • Vous souffrez d’aspermie s’il y a une absence totale de sperme éjaculé ;
  • Par contre, vous souffrez d’hypospermie (éjaculation rétrograde) si le volume de sperme est moins de 1,5 ml ;
  • Et enfin, il s’agit d’hyperspermie si vous produisez plus de 6 ml de sperme.

En effet, le volume moyen du sperme est de 4 ml. Ce qui équivaut à une cuillère à café. Généralement, l’examen spermogramme se fait à partir de la première éjaculation de la journée.

Le volume du sperme n’a rien à voir avec la qualité du sperme

Halte aux idées reçues ! Si l’on souhaite augmenter le volume de son sperme, cela ne veut pas forcément dire qu’on améliore sa qualité. Un sperme de qualité, comme vous pouvez le constater plus haut, c’est un sperme riche en spermatozoïdes. S’il est souvent difficile d’augmenter le volume du sperme, il est facile d’optimiser la production des spermatozoïdes.

Une petite leçon pour mieux vous expliquer :

La production du sperme se fait en trois étapes distinctes :

  • La production des spermatozoïdes

Appelé également spermatogenèse, ce processus se passe dans les testicules, notamment dans les tubes séminifères. Vous pouvez produire environ 1500 spermatozoïdes par seconde.

  • La production des liquides séminaux

La production des liquides séminaux se passe dans la prostate. Riches en nutriments tels que les protéines, les fructoses et les minéraux, ces liquides ont pour rôle de garantir la survie des spermatozoïdes.

  • La formation du sperme

Lors d’un rapport sexuel, les liquides séminaux et les spermatozoïdes vont se mélanger au niveau de l’urètre. C’est ce qui forme le sperme qui va être expulsé lors de votre éjaculation.

Vous l’aurez compris, il serait plus intéressant d’optimiser la qualité du sperme plutôt que sa quantité. Il est tout à fait possible d’avoir du sperme abondant, mais sa qualité n’est pas au rendez-vous ! Autrement dit, le volume du sperme seul n’a pas d’incidence sur votre fertilité.

Quid des éjaculations abondantes dans les films X ?

augmenter le volume de son sperme

L’addiction au porno n’est pas vraiment bénéfique pour la sexualité masculine. Malheureusement, de nombreux hommes se laissent influencer par leurs acteurs préférés et veulent avoir des éjaculations abondantes comme eux.

Or, l’industrie de la pornographie ne fait que donner une image faussée du volume de sperme lors de l’éjaculation. Il s’agit d’une préparation à base de lait concentré ou à base de blanc d’œuf. Ne vous laissez pas influencé par ces acteurs !

En effet, il ne s’agit pas réellement de la jouissance de votre acteur préféré. Il met une pompe et un petit tuyau attaché sous le pénis pour faire semblant d’avoir du sperme abondant.

Pour augmenter le volume de son sperme, il faut augmenter le niveau de testostérone

Il convient de noter que ce sont les hormones qui gouvernent l’organisme. Et justement, c’est la testostérone qui se charge de la production et de la régulation du sperme. D’ailleurs, elle a également pour rôle de favoriser le développement des caractères sexuels masculins tels que l’amélioration du ton de la voix masculine, l’augmentation de la masse musculaire, l’augmentation de la taille du pénis, la densification de la pilosité…

On estime qu’à l’âge de 25 ans, l’augmentation de ce niveau de testostérone atteint son pic. Et à partir de 30ans, votre organisme commence à produire moins de testostérone. Autrement dit, le taux de testostérone diminue naturellement avec l’âge. Cependant, d’autres facteurs peuvent influencer le taux de testostérone. Tout ce qui peut perturber le bon fonctionnement de l’organisme peut affecter la production de testostérone.

Mais rassurez-vous ! Il suffit d’adopter quelques bonnes habitudes pour booster le taux de testostérone et avoir plus de sperme.

4 bonnes habitudes à adopter au quotidien pour augmenter le volume de son sperme

La question sur le volume de l’éjaculat est similaire à celle sur la taille du pénis. Pour certains hommes, c’est synonyme de virilité, de puissance masculine et de fertilité. Or, il faut rappeler, encore une fois, le volume du sperme n’est pas synonyme de fertilité s’il est pauvre en spermatozoïdes.

Cependant, si vous souffrez d’aspermie ou d’hypospermie (éjaculation rétrograde), ces conseils peuvent vous aider à booster le volume de votre sperme :

Surveiller son alimentation

Pour augmenter le volume de son sperme, il est conseillé de privilégier des aliments sains riches en zinc (viandes rouges, huîtres…) et en antioxydants (framboise, pomme, artichaut…)

Vous pouvez également favoriser la consommation des aliments riches en acide gras oméga-3 (sardine, saumon, maquereau…)

Faites également le plein de vitamines, notamment la vitamine E (noix, huile de colza…), la vitamine D (poissons et produits laitiers) pour accélérer la production de sperme.

N’oubliez pas non plus d’inclure dans votre alimentation les aliments aphrodisiaques tels que le gingembre, les clous de girofle ou encore la cannelle.

Par ailleurs, vous devez boire beaucoup d’eau (1,5 L par jour), éviter la consommation d’alcool, de tabac et de drogues. Ne mangez pas trop gras et ayez une alimentation équilibrée à base de fruits et légumes.

Avoir un mode de vie sain

L’un des facteurs qui peuvent nuire à la production du sperme, c’est le stress et les émotions négatives. Ces états psychologiques peuvent augmenter le niveau de cortisol, ce qui va avoir des effets négatifs sur le taux de testostérone.

Donc, vous devrez penser à réduire les sources de stress, à améliorer la qualité de votre sommeil, à méditer et à vous éloigner de tous les perturbateurs endocriniens.

Par exemple, vous pouvez profiter régulièrement de l’ensoleillement pour booster la sécrétion de testostérone. Vous pouvez également vous offrir des séances de phytothérapie.

Songez également à porter des caleçons à la place des slips. Pour produire des spermatozoïdes, vos testicules ont besoin d’oxygène pour pouvoir réguler leur température.

Vous devez également faire du sport. Cela vous permet d’harmoniser l’équilibre dont votre corps a besoin et donc de favoriser la production de testostérone.

Réduire la fréquence de son éjaculation

Pour produire du sperme, votre organisme a besoin d’un certain temps. Certes, la production des spermatozoïdes se fait de façon continue, mais ce n’est pas le cas pour la production des liquides séminaux.

Concrètement, votre organisme a besoin de 24 heures pour produire une quantité normale de sperme. Il est donc conseillé de réduire la fréquence de votre éjaculation si vous avez l’habitude de vous masturber ou si vos relations sexuelles sont rapprochées.

Parfois, prendre une petite pause permet d’augmenter le volume de son sperme.

Opter pour un complément alimentaire

Avoir une bonne hygiène de vie et adopter une alimentation saine et équilibrée devraient vous suffire pour optimiser la quantité et la qualité de votre sperme. Toutefois, si vous souhaitez obtenir des résultats rapides, vous pouvez opter pour un complément alimentaire adapté à cet effet.

Généralement, ces suppléments alimentaires sont 100 % naturels et très utilisés pour résoudre des problèmes d’érection. C’est le cas notamment de Eron Plus.



Toutefois, ils peuvent également aider un homme à augmenter le volume de son sperme. Si vous voulez des recommandations, nous pouvons citer Testo Ultra, Volume500, ou encore Maxi Sperme.

Augmenter le volume de son sperme : Ce qu’il faut retenir !

Vous pouvez vouloir augmenter la quantité de votre sperme pour imiter votre acteur X préféré, pour démontrer votre virilité ou votre performance sexuelle. Cependant, détrompez-vous ! Vous ne pouvez pas avoir plus de plaisir, ni procurer plus de plaisir si vous avez une éjaculation abondante.

Toutefois, si vous pensez que vous souffrez d’aspermie ou d’hypospermie, vous devez adopter une bonne hygiène de vie et une alimentation saine et équilibrée. S’il n’y a pas de changement malgré vos efforts, il est recommandé de consulter un médecin pour un examen spermogramme.

En ce qui concerne la question de fertilité, elle n’a rien à voir avec la quantité de sperme, mais plutôt avec sa qualité. Un sperme de qualité, c’est un sperme avec une hausse densité de spermatozoïdes. Là ! Il existe des méthodes naturelles pour favoriser leur production.

Nous espérons que cet article a pu vous aider à mieux comprendre comment augmenter le volume de son sperme. Si vous avez des questions ou si vous avez des expériences à partager, n’hésitez surtout pas à les laisser dans les commentaires.


Tout savoir sur l’aspermie ou l’éjaculation sans sperme !

Avez-vous déjà entendu parler de l’aspermie ? Il s’agit ici d’un trouble de l’éjaculation plus connu sous le terme d’orgasme sec ou encore d’éjaculation sans sperme. Cependant, il ne faut pas confondre « aspermie » et « éjaculation rétrograde ». Dans cet article, vous allez pouvoir découvrir ce que c’est l’aspermie, ses causes et ses traitements. Vous allez également connaître la différence entre éjaculation sans sperme et éjaculation rétrograde. Poursuivez votre lecture jusqu’à la fin !

À propos de l’aspermie

TE - Aspermie

L’aspermie est une condition dans laquelle un homme éjacule sans sperme. Vous avez un orgasme, mais vous n’expulsez pas de sperme. Voilà pourquoi on l’appelle « orgasme sec ». Ce trouble sexuel peut se manifester de façon ponctuelle ou permanente. Pour faire simple : c’est l’absence totale de sperme.

L’aspermie est souvent confondue avec l’éjaculation rétrograde. Et pour cause, leurs manifestations se ressemblent beaucoup. Dans les deux cas, l’orgasme et la phase d’expulsion sont conservés. Ils se manifestent par une contraction rythmique incontrôlable des muscles du périnée. Toutefois, la différence de ces deux troubles de l’éjaculation réside dans la nature de l’anomalie.

Lors de l’éjaculation rétrograde, le volume du sperme est très faible (soit moins de 1,5 ml). Dans cette anomalie, la majorité du sperme est redirigée vers la vessie. Ce qui explique la faible pression de l’éjaculation. Ce type de trouble sexuel peut provoquer une éjaculation baveuse. Quant à l’aspermie, vous avez de l’orgasme, mais l’éjaculation est sèche.

Sachez que l’aspermie et l’éjaculation rétrograde n’a rien à avoir avec l’éjaculation précoce. Et pour cause, vous avez une érection et vous pouvez la maintenir dans un délai considéré comme « normal ». Sauf que vous avez de l’orgasme sec ou le volume de votre sperme est très faible (en fonction de l’anomalie).

Il semble important de souligner que l’éjaculation rétrograde peut provoquer l’aspermie lorsqu’elle est associée à une consommation excessive de drogue ou à la suite d’une chirurgie de la prostate et que votre trouble de l’éjaculation n’est pas pris en charge rapidement.

Une petite astuce pour reconnaître le type d’anomalie dont vous souffrez : n’hésitez pas à regarder votre urine après le rapport sexuel. Si elle contient des traces de sperme, cela veut dire que vous souffrez d’une éjaculation rétrograde. Si vous ne constatez rien, cela veut dire que vous souffriez d’aspermie.

Étant donné que l’aspermie est une situation dans laquelle vous éjaculez sans sperme, elle risque de provoquer la fertilité du couple. Voilà pourquoi il n’y a rien de plus efficace que de consulter un médecin pour connaître l’origine de l’aspermie.

Quelles sont les causes de l’aspermie ?

Tout comme l’éjaculation rétrograde, l’aspermie est un trouble de l’éjaculation très rare. Cependant, des études scientifiques ont déjà été menées pour expliquer ce phénomène :

Les causes médicamenteuses

Il convient de noter que certains médicaments peuvent causer une éjaculation sans sperme. À ne citer que les antidépresseurs comme les inhibiteurs de recapture de la sérotonine (sertraline, paroxétine, fluvoxamine, citalopram, escitalopram,etc.) ou les tricycliques (clomipramine). Dans la plupart des cas, l’orgasme est absent. Ces médicaments sont donc responsables du trouble d’anéjaculation.

Les médicaments les plus responsables de l’orgasme sec sont les alphabloquants tels que la tamsulosine et la silodosine. L’orgasme estconservé, mais l’expulsion de sperme est absente.

Les origines congénitales

L’absence de canaux déférents, le conduit qui permet de transporter le sperme depuis les testicules, est l’origine la plus connue de l’aspermie. Rassurez-vous ! Il est facile pour un urologue d’identifier ce type d’anomalie et des interventions chirurgicales peuvent résoudre ce problème.

Les anomalies des canaux mullériens et des canaux éjaculateurs peuvent également provoquer l’aspermie, mais cette cause est très rare. Dans ce cas, le traitement consiste en la résection des canaux éjaculateurs afin d’augmenter le volume du sperme de 50 %.

Les interventions chirurgicales

L’orgasme sec peut s’expliquer par des antécédents de traumatisme chirurgical. Si les interventions chirurgicales à l’âge adulte sont faciles à retrouver, ce n’est pas le cas des interventions pendant votre enfance, voire néonatales.

En effet, ce sont les interventions retropéritonéales et pelviennes qui peuvent causer l’aspermie. Toutefois, les séquelles de la chirurgie prostatique sont les plus fréquentes. Il est donc conseillé de citer toutes les interventions chirurgicales que vous avez subies lors d’une consultation médicale.

Les origines neurologiques

Outre les troubles de l’éjaculation dus à un traumatisme médullaire, toutes les affections neurologiques peuvent également être à l’origine de l’aspermie. À ne citer que le diabète, la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, etc. Il faut noter que l’apparition de l’orgasme sec diffère selon les pathologies. Dans tous les cas, lorsqu’il s’installe, votre trouble d’éjaculation est malheureusement définitif.

Les origines endocriniennes

Il faut savoir que la puberté est essentielle au bon développement de l’appareil génital mâle. Ainsi, l’impubérisme ou le retard pubertaire primaire risque de causer une absence d’émission de sperme. Toute pathologie liée au développement du sexe masculin telle que l’hypogonadisme peut également engendrer une éjaculation sèche.

Les infections urogénitales

Les infections urogénitales sont une cause fréquente d’hypospermie, une éjaculation avec très peu de sperme. La bonne nouvelle, c’est que la prise en charge de ces infections a rendu cette situation très rare aujourd’hui.

Quelles solutions pour traiter l’aspermie ?

Aspermie et fertilité

Pour traiter l’aspermie, il n’y a rien de plus efficace que de demander l’avis d’un médecin afin qu’il puisse identifier la cause réelle de votre trouble de l’éjaculation. Vous l’aurez compris, de l’origine du trouble de l’éjaculation dépend la solution.

Malheureusement, l’obstacle lors d’un diagnostic médical réside souvent dans le fait que les patients ne savent pas décrire clairement les symptômes de leur trouble de l’éjaculation. Or, il est important de bien connaître la physiologie de l’éjaculation avant tout traitement.

Est-ce qu’il s’agit d’une anomalie au niveau de la phase d’émission ou au niveau de la phase d’expulsion ? Une simple lésion au niveau de ces voies nerveuses risque d’altérer le bon fonctionnement de l’éjaculation chez les hommes.

Prenons des exemples concrets :

  • Si vous souffrez de l’aspermie à la suite d’une intervention chirurgicale de la prostate, il n’y a pas de solution à part le fait d’attendre que les lésions soient guéries.
  • Autre cas de figure, s’il s’agit d’un trouble de l’éjaculation à cause de la prise de médicaments alphabloquants, votre médecin traitant peut vous demander d’alléger le traitement.
  • Il est également possible que votre trouble d’éjaculation soit dû à une maladie chronique comme le diabète par exemple. Dans ce cas, l’aspermie devrait disparaitre lorsque votre état de santé s’améliore.
  • Au cas où la cause de votre aspermie serait congénitale, une opération chirurgicale peut être nécessaire. Cependant, cette option reste encore transitoire. Des recherches scientifiques sont encore en cours pour améliorer la prise en charge des patients.
  • Alternativement, vous pouvez opter pour des solutions naturelles pour déboucher vos canaux éjaculatoires. Certains nutriments comme le zinc présent dans les huîtres ou les antioxydants présents dans les fruits peuvent optimiser la production de sperme.
  • Sinon, vous pouvez également consommer des compléments alimentaires tels que Semenoll ou encore Testo Ultra. N’oubliez pas non plus de boire beaucoup d’eau, de faire des activités physiques et d’avoir une bonne hygiène de vie.

Pour terminer, l’aspermie risque d’altérer la fertilité masculine s’il n’est pas traité rapidement. L’idéal serait de demander l’avis d’un médecin traitant pour bien connaître l’origine de votre trouble d’éjaculation. Et pour cause, il faut bien distinguer un trouble primaire et un trouble secondaire. La prise en charge de cette dernière, c’est-à-dire, le trouble acquis est souvent possible. Tandis que la prise en charge d’un trouble d’éjaculation primaire est souvent longue et nécessite l’intervention d’un psychosexologue.