Si d’habitude, l’érection survient à la suite d’un désir ou d’une stimulation sexuelle, il peut vous arriver d’avoir une érection involontaire et inopinée. C’est-à-dire, l’érection se passe de façon incontrôlable. Si certaines manifestations de l’érection involontaire sont bénignes, d’autres peuvent cacher des problèmes plus graves. Sans plus attendre, découvrons ensemble tout ce que vous devez savoir sur l’érection involontaire !

érection involontaire douloureuse

Les différents types d’érection non souhaitée

D’abord, il semble important de définir le mécanisme de base de l’érection. En effet, lorsque vous êtes stimulé par une excitation sexuelle, votre cerveau transmet un signal aux nerfs responsables de l’érection dans la verge. Ces nerfs sont reliés aux corps caverneux de votre pénis. Ce qui va provoquer un afflux sanguin provoquant le gonflage de la verge et donc l’érection.

Or, dans certaines situations et/ou à un certain moment donné, il arrive souvent que vous ayez de l’érection sans désir sexuel. En voici quelques exemples :

L’érection nocturne

Ce type d’érection involontaire est tout à fait naturel. L’érection se passe pendant le sommeil paradoxal. Il s’agit ici d’une réaction de votre corps pour bien oxygéner les corps caverneux de votre appareil génital afin de les maintenir élastiques. L’érection nocturne peut survenir ou non à la suite d’un rêve érotique, mais dans tous les cas, elle est sans danger pour votre sexualité et pour votre santé en général.

L’érection matinale

Là aussi, on peut parler d’une érection inopinée, car les réflexes érectiles ont lieu sans qu’il y ait une stimulation sexuelle. En effet, c’est l’érection nocturne qui a perduré parce que vous étiez réveillé pendant la phase de sommeil paradoxal. Ainsi, l’érection matinale est également naturelle. Il n’y a pas de quoi vous inquiéter.

L’érection liée au contact physique

Certains hommes peuvent également avoir une érection lorsqu’on leur touche une partie du corps par inadvertance. C’est-à-dire : le contact physique a déclenché l’érection, même sans désir sexuel de la part de l’homme concerné. Par ailleurs, c’est souvent le cas lors d’un massage, mais la plupart des hommes n’osent pas en parler par peur ou par honte. Messieurs, si ça vous est déjà arrivé, rassurez-vous : vous êtes en bonne santé.

L’érection anormale ou le priapisme

C’est ce type d’érection involontaire qui doit vous inquiéter. Il s’agit d’une érection prolongée et douloureuse qui exige une urgence urologique. Au pire des cas, cela pourrait vous conduire à une dysfonction érectile définitive.

Quand faut-il s’inquiéter lorsqu’on a de l’érection involontaire ?

Comme énoncé plus haut, c’est l’érection involontaire de plus de 4 heures qui doit vous inquiéter. Scientifiquement, on l’appelle « priapisme ». Dans cet état d’érection, le sang est bloqué dans les corps caverneux de la verge.

En principe, le priapisme n’est pas provoqué par un désir sexuel, ni par une excitation. C’est plutôt une pathologie qui a lieu en dehors d’un rapport sexuel. En outre, il convient de distinguer 3 formes de priapisme :

Le priapisme veineux

Messieurs, il s’agit ici de la forme de priapisme la plus courante et la plus dangereuse. On l’appelle également « priapisme à bas débit » ou encore « priapisme ischémique ». Par ailleurs, la douleur engendrée par cette érection inopinée ne vous permet pas d’avoir une relation sexuelle.

Ce type d’érection involontaire peut survenir à la suite d’une prise de certaines drogues (cannabis), de certains médicaments psychotropes (anti-dépresseurs, hypnotiques, anxiolytiques, neuroleptiques, psychodysleptiques) et de certains médicaments alpha-bloquants.

En outre, le priapisme veineux peut apparaître à la suite d’un traitement du cancer de la prostatede la vessie ou encore du rectum, notamment le traitement par injection intra caverneuse.

Si le priapisme ischémique n’est pas pris en charge à temps (dans les 3 ou 4 heures), il peut causer une nécrose des cellules des cors caverneux de votre pénis faute d’oxygène. Ce qui pourrait engendrer une impuissance masculine irréversible et donc définitive.

Ainsi, le traitement est d’abord médical avec une ponction évacuatrice du sang et une injection d’alphastimulants dans les corps caverneux. Le sang évacué est très épais et de couleur noire. Si ce traitement d’urgence échoue, le traitement doit être chirurgical. Dans ce cas, l’on va créer un shunt cavernospongieux entre le gland et les corps caverneux du pénis.

Le priapisme artériel

Appelé également « priapisme à haut débit », le priapisme artériel ne nécessite pas d’urgence urologique, ni chirurgicale. L’activité sexuelle est conservée parce que ce type de pathologie a la caractéristique d’être peu ou pas douloureuse.

En effet, le priapisme artériel est souvent dû à un traumatisme à la base de la verge ou au niveau du périnée. Vous pouvez l’observer souvent chez les enfants lorsqu’ils apprennent à jouer au vélo et reçoivent un coup de la barre centrale du vélo à la base de la verge. Autre exemple, vous pouvez aussi le constater chez les jeunes adultes lorsqu’ils reçoivent un coup de pied au niveau du périnée lors d’un match de foot-ball par exemple.

Dans tous les cas, une fistule traumatique se forme entre la verge et les corps caverneux. Ce qui va créer une érection incomplète qui est, rappelons-le, peu ou pas douloureuse. Cependant, cette érection involontaire s’installe en quelques jours ou en quelques semaines. Pour le diagnostic, une échographie peut s’avérer utile.

Le priapisme chronique intermittent

Le priapisme chronique intermittent est souvent dû à la drépanocytose. Cette dernière qui est une maladie des globules rouges. Elle peut provoquer une érection involontaire chronique et souvent nocturne. À la longue, cette forme de priapisme peut provoquer le priapisme veineux.

En effet, le priapisme chronique intermittent ne dure qu’environ 2 à 4 heures. Dans la plupart des cas, les maladies hématologiques et certaines maladies neurologiques peuvent causer la récidive. Du coup, il est conseillé de ne pas sous-estimer cette pathologie.

Pour éviter le caractère récidive du priapisme, on utilise généralement le traitement anti-androgénique. L’objectif est de réduire le taux de testostérone plasmatique à moins de 10% de la normale.

Qui peut souffrir du priapisme ?

érection involontaire

Il convient de noter que tous les hommes et toutes les tranches d’âge peuvent être concernés par l’érection involontaire anormale.

Rappelons-le : le priapisme artériel touche généralement les enfants et les jeunes adultes. Tandis que le priapisme veineux concerne souvent les hommes de plus de 60 ans. A cet âge, les risques de cancer de la prostate sont majeurs. En ce qui concerne le priapisme lié à la drépanocytose, il touche souvent les jeunes de 15 à 30 ans.

Par ailleurs, sachez qu’un homme peut connaître plusieurs épisodes de priapisme. Si l’origine de la pathologie est traumatique, vous ne souffrez du priapisme qu’une seule fois. Cependant, la pathologie est récidivante en cas de priapisme chronique ou de priapisme veineux.

Tout cela pour vous dire qu’il est important d’obtenir une consultation médicale pour identifier l’origine de votre érection involontaire, surtout si elle perdure pendant plus de 4 heures. L’objectif du traitement est de mettre fin à l’érection involontaire, de trouver l’origine du priapisme et surtout d’éviter toute éventuelle récidive.

Érection involontaire : Est-ce vraiment grave ? Conclusion

Pour terminer, le fait de ne pas pouvoir maîtriser son érection suite à une stimulation sexuelle est synonyme du bon fonctionnement de votre corps. N’ayez pas honte de vos érections ! Toutefois, si l’érection apparait sans que vous n’ayez ni désir, ni excitation sexuelle, c’est le signe qui doit vous alerter. Si l’érection est persistante (plus de 4 heures), douloureuse ou non, n’hésitez pas à consulter un médecin rien que pour le diagnostic. Une érection involontaire anormale non prise en charge peut causer une dysfonction érectile irréversible.